#

CONSTRUCTION BIOCLIMATIQUE

Avant  l’esquisse, il y a l’implantation et avant l’implantation, il y a la connaissance du climat local.

 

Dinocrate est surtout connu parce que Vitruve ...

... le considérait comme le modèle de l’Architecte. Son nom s’est un peu perdu dans les mémoires et pourtant … . Alexandre le Grand lui présenta un jour une baie idéale pour en faire un port bien abrité où l’eau douce était abondante.  Dinocrate lui répondit : « Une fois connu le terrain où l’on va construire, il faut s’attacher à le comprendre ». Et il demanda le temps d’y connaître les quatre saisons. Ensuite, il entreprit de faire construire Alexandrie.

 
Lire la suite.

La bioclimatique relie le vivant (« Bio ») et le Climat. Or, de tous temps, l’homme a tenté de vivre le plus confortablement possible. Il s’agit donc d’utiliser le bâti pour vivre agréablement.
On commence par étudier le climat local. Internet permet aujourd’hui de s’informer de l’irradiation, de la pluviométrie, de la répartition des vents, et des températures de la zone. Ce n’est pas assez précis. Les archives de la presse locale fournissent des informations circonstanciées : la mémoire de telle inondation, le vent qui une fois a gelé tous les arbres sur telle pente, ou bien plus simplement : à la ferme Machin, il fait toujours froid en hiver. Le Café du Commerce vous dira que ça va mieux à tel endroit depuis qu’on a planté telle haie haute ou que l’on a abattu tel bosquet. Le plus simple, dès que l’on sait en comprendre les particularités, consiste à regarder les vieilles maisons du coin. Leur architecture et le détail de leurs parois vous en disent long sur le climat du lieu.
À Jouques, sur les bords de la Durance (Bouches-du-Rhône), on rencontre une vallée appelée « la petite Sibérie » parce qu’il y fait toujours très froid l’hiver (-20°C assez régulièrement) alors qu’à moins d’un kilomètre de là il est une vallée où il gèle rarement. Les constructions anciennes, dans ces deux vallées, sont radicalement différentes d’aspect.
L’esquisse prendra donc en compte le climat de la zone. Elle s’attachera encore plus au micro-climat local. Sur ce terrain que vous avez acheté, d’où vient le froid ? Par où passe le vent dominant ? Où se trouve le Sud ? Quelle vue vous a séduit ? Il y a-t-il des bâtiments existants qui font écran, dans la pente ? Des « vides » par où le froid se glisse chaque hiver (goulées d’air froid et humide) ? Le terrain est-il pierreux, sec, marécageux ?
Alors on peut commencer la première esquisse.
Le plus simple consiste à orienter le plus grand mur vers le soleil. Pour le reste, tout est affaire d’adaptation aux réponses qu’a apporté votre audit du climat qui baigne votre terrain.
Un gendarme à la retraite avait acheté un terrain à Jouques et y avait fait construire une maison « préconçue ». Il y fait trop chaud l’été et il lui a fallu installer une climatisation (réversible). Un « collègue » à lui, charmé par les lieux a trouvé un terrain dans « la petite Sibérie », il a utilisé le même constructeur : il y fait trop chaud l’été mais beaucoup trop froid l’hiver malgré une facture de chauffage astronomique.

 

Naviguer

Catégories

Suivez-nous

Tous droits réservés RENOUVEAU THERMIQUE © 2011 - Mentions légales - Réalisation : Agence Anonymes - Développement & hébergement de site : Intrasite Développement