#

LA RèGLEMENTATION PARASISMIQUE

Elle va coûter cher aux prochains propriétaires, en chauffage !

Tout à coup, 21 000 communes (au lieu de 5 000) sont concernées par cette nouvelle règlementation. Les coefficients ont été largement revus, au titre du principe de précaution. Fukushima a fait peur à tous les décideurs.  Ils peuvent être tenus pour responsables donc ils ont pris des marges larges. On ne pourra pas leur reprocher de n’avoir pas envisagé le pire.

Ça tombe mal.

 
Lire la suite.

Comme la plupart des pays, la France se remet mal d’une crise qui jette ses équilibres économiques et financiers au sol. Le pays est très endetté, l’Etat, virtuellement en faillite, n’aura d’autres choix que de chercher ses ressources dans les poches des contribuables. C’est à ce moment-là précisément, qu’on nous impose une règlementation parasismique toute neuve, une hyper consommation d’acier dans les bétons de nos futurs bâtiments.
Or, la pénurie de matières premières s’est accentuée du fait de la croissance de l’Asie Chinoise. Le prix de l’acier a déjà augmenté de plus de 20% dernièrement.
On nous impose de construire en BBC et nous savons déjà que le marché se stabilisera autour des référentiels PassivHaus voire BEPos (Bâtiment à Énergie Positive). Il nous faut donc proscrire les ponts thermiques. Ceux auxquels les tiges d’acier incluses dans le béton concourent largement. En d’autres termes : il va falloir faire appel à des aciers inoxydables (chers mais nettement moins conducteurs que l’acier) ou bien à un surcroit d’épaisseur d’isolants.
Donc la construction BBC, dont on estimait qu’elle se stabiliserait en n‘étant que 18% plus onéreuse à l’achat risque, pour la même surface, de coûter 20% de plus qu’aujourd’hui. Ce delta est considérable. Les revenus apparents des français n’augmentent certainement pas dans ces proportions. Les plus fortunés incluent les coûts de consommation dans leur réflexion et se font construire des maisons BBC parce que c’est plus économique à long terme mais surtout parce qu’ils en ont les moyens : les banquiers les suivent. Mais les autres ? Au top de leurs possibilités financières, ils s’endettent déjà sur 20 ans … .
La concomitance de la hausse du prix des matières premières, de la RT 2012, de la règlementation sismique et des désastreuses conséquences du tremblement de terre de Fukushima aboutissent à une conclusion simple : les futurs bâtiments neufs vont coûter très cher, trop cher.
Donc, le différentiel entre des bâtiments anciens (à rénover) et des bâtiments neufs va s’accroître considérablement. Dans les zones maintenant considérées comme sismiques, la différence sera considérable.  Principe de réalité : s’il n’y avait déjà pénurie de logements neufs, tous les acheteurs devraient naturellement se diriger vers l’ancien.
Dans l’esprit du Grenelle 2, le gouvernement actuel va donc devoir faire un effort s’il veut inciter les particuliers à se tourner vers des logements peu énergivores. Les plus efficaces sont déjà ceux qui respectent la RT 2012. L’État ne pourra financer le différentiel de prix entre les logements neufs et anciens. Donc, il n’aura d’autres choix que de faire payer la différence par les particuliers. Il y a fort à parier que le sur-chauffage et/ou la climatisation vont être taxés d’une manière ou d’une autre. 
Après les phases d’incitation à l’utilisation d’énergies renouvelables et à la construction de bâtiments peu énergivores, on devrait donc voir arriver la phase coercitive : celle qui fait monter les prix de l’énergie pour inciter les particuliers à se diriger vers l’acquisition de logements performants. 
La phase coercitive était prévue pour mi-2012 (après les élections présidentielles). L’un des corollaires de Fukushima pourrait être sa mise en place rapide.

 

PS : au premier trimestre 2011, le PTZ+ a surtout bénéficié à l’achat de logements non BBC, dans les zones où le foncier est facilement accessibles et pour des maisons individuelles.

 

Naviguer

Catégories

Suivez-nous

Tous droits réservés RENOUVEAU THERMIQUE © 2011 - Mentions légales - Réalisation : Agence Anonymes - Développement & hébergement de site : Intrasite Développement